photo-article
Le 13/03/2015 à 15:44
Une période difficile
#GOLAMUSE
Dernière mise à jour Le 13/03/2015 à 16:34

Il est des périodes comme ça où rien ne va comme il faut. Après un début de saison très réussi, avec un nouveau titre en Future, et quelques très bonnes performances, Alexis a coincé en ce mois de février. Il vient en effet de concéder 3 défaites au premier tour contre des joueurs moins bien classés que lui.

Sur le plan comptable pourtant, les voyants sont verts

Paradoxalement, Alexis n'a jamais été aussi bien classé de toute sa carrière. 264ème début février, sa meilleure marque, il est certes redescendu au 282 rang cette semaine, mais n'a plus aucun points à défendre en vue d'intégrer le tableau des qualifications de Roland Garros. Il ne lui en manque qu'une quarantaine pour remplir cet objectif.

Le Chili, c'est pas pour lui

Alexis s'envole en ce début février pour Vina-Del-Mar, belle station balnéaire Chilienne située en bord de mer. Au programme, deux tournois Futures sur terre battue dotés de 15 000$ dans lequel il est le seul représentant français.

Tête de série numéro 3 pour le premier, Alexis est pourtant bien loti et affronte au premier tour le brésilien Thiago Alves. Il subit là l'une des défaites typiques les plus cruelles dans le tennis. Vaincu 7 points à 5 au tiebreak du 3ème set en ayant eu des balles de match. Le score final, (3)6/7 - 6/3 - 7/6(5). Belotte.

Toujours tête de série 3 dans le second, notre frenchy affronte à nouveau un brésilien, Fernando Romboli. Pourtant le scénario est similaire au premier. Alexis maitrise, et s'écroule dans le moment fatidique, et s'incline en trois sets 2/6 - 7/5 / 6/1. Rebelotte.

Au pays de Fernando Gonzalez, Lamuse n'était pas dans son élément. D'ailleurs, c'est lui qui en parle le mieux.

Au Chili, c'était pas la fête. Je ne me sentais pas très bien. Ça n'était pas le mal du pays, mais c'était bizarre, je ne sais pas comment l'expliquer. Mon corps envoyait des signaux négatifs, et je n'étais pas aussi frais, ni réactif que d'habitude. Je ne parle pas super bien espagnol, donc c'est sur que ça n'a pas aidé.

Ça n'explique pas ces contre-performances, mais tous les détails sont importants. Quand je suis rentré en France, en deux jours tous les signes négatifs sont partis et je me suis tout de suite senti mieux.

À Toulouse surpris par un bleu

Une semaine plus tard, Alexis se rendait à Toulouse pour y disputer un nouveau Future. Pourtant tête de série numéro 1 du tableau, le français a eu du mal a digérer le changement de surface, lui qui jouait sur dur pour la première fois de la saison. Opposé à Benjamin Bonzi, vainqueur de Roland Garros junior en double aux côtés de Quentin Halys, Lamuse subissait a nouveau un scénario similaire à son match précédent. Une entame parfaite, puis, le coup de barre. Une défaite 2/6 - 6/1 - 6/2, difficile à avaler.

Alors, notre champion s'est remis au travail comme il le fait toujours. En bonne compagnie. Puis pour se détendre, il s'est régalé devant l'exploit du Paris-Saint-Germain en ligue des champions avec des punchlines toujours savoureuses.

Tout ça avant de se ressourcer auprès de ses frangins, chez lui à Biarritz. Dès dimanche il sera sur le pont pour un Challenger un Israel. Jusqu'au 29 avril, il sait ce qui lui reste à faire. La Porte d'Auteuil n'a jamais été aussi proche.

My brothers lookin' fresh #jujuetnico #biarritz

Une photo publiée par Alexis Musialek (@alexmusialek) le

#LAMUSE
« Je crois en moi de plus en plus »
#FUTURE
La saison 2015 est lancée !
#FUTURE
Un titre pour finir 2014
#FUTURE
Des perfs en terres ibériques
icon-comment RÉAGISSEZ